Un week-end de Noël dans les monts Métallifères !

Votre séjour peut commencer par deux nuits à l’hôtel “Alte Schleiferei” à Erlabrunn, près de Johanngeorgenstadt, où se trouve l’arche à bougies. Le logement ainsi que le petit déjeuner seront bons, pour le repas dans le “Kunos Brauereigasthaus”. Mais vous pouvez  ne pas perdre trop de temps à l’hôtel. Vous pouvez décider de profiter pleinement de l’Allemagne, alors vous pouvez aller au marché de Noël de Schwarzenberg le premier soir, qui sera magnifiquement installé entre les ruelles étroites sur la colline autour du château.

Toujours un petit défi : déchiffrer les inscriptions des stands du marché de Noël de l’Erzgebirge !

Dans la plupart des villages du Westerzgebirge, on trouve en plus des arcs en chandelle surdimensionnés des pyramides géantes sur la place du village. Vous allez remarqué que presque toutes les fenêtres de la ville sont décorées avec au moins un arc en chandelle ou d’autres sculptures en bois illuminées.La vue dès qu’il fait nuit est indescriptible, l’éclairage de Noël ne peut vraiment pas être plus agréable. Surtout sans aucun truc kitsch et coloré qui clignote !

Pour continuer votre séjour,  vous pouvez aller d’abord à Geyer, puis à Wolkenstein. Il ne se passait pas grand-chose à midi, mais il y a un bon restaurant (“Zum Grenadier”) qui va vous rappeller beaucoup le Sophienkeller de Dresde. La ville regorge aussi de très belles boutiques où  pour la première fois  vous n’allez pas  résister à un tabouret à bords doux. La vue du château de Wolkenstein est également incroyable : de là-haut, on peut même voir la Zugspitze.

Marchés de Noël à ne pas rater

Vous pouvez aller ensuite  brièvement à Schwarzenberg, où il y a beaucoup plus d’action , puis vous rendre en marche sur l’un des marchés de Noël les plus populaires de l’Erzgebirge à Annaberg-Buchholz. Vous allez profiter de quelques bols de pinces à feu. Quand il a commencé à bruiner un peu, vous pouvez  passer le reste de la soirée au “Kunos Brauereigasthaus”, où vous pourrez faire la fete. Il y aura de la musique de danse forte avec un groupe de musiciens jusqu’à minuit passé.

Le dimanche,vous pouvez vous rendre en voiture dans les montagnes Mittelerz. Là-bas, le plus grand moment vous attendra encore : la station thermale de Seiffen, connue bien au-delà des frontières allemandes pour ses œuvres d’art en bois. Si vous êtes déjà dans une “frénésie de shopping”, mais là-bas, vous serez définitivement sentie comme “Alice au pays des merveilles”. Toutes les maisons étaient encore plus joliment décorées, tout était encore plus merveilleusement éclairé. Vous pouvez également remarqué de nombreux bus remplis de touristes traversant la ville.  La foule sera bien répartie entre les magasins et les stands de Noël. Et aussi le “peoplewatching” sera amusant, car la quantité de sacs et d’emballeurs que certains d’entre vous transporteraient déjà avec vous était en partie vraiment record. Vous serez d’autant plus surpris par les prix des produits à Seiffen, qui sont encore plus bas qu’à Schwarzenberg : du vin chaud à 0,90 ou 1 euro, un délicieux punch Caipirinha à 2 euros et la “Brotwurscht” était disponible ici à 1,50 ! Quelle comparaison avec le Striezelmarkt de Dresde ou le Christkindlmarkt de Vienne devant l’hôtel de ville !

Bien sûr, vous n’allez pas résister à l’abondance de belles sculptures sur bois et le dernier jour, vous pouvez creuser un peu plus profondément dans vos propres poches. Bien qu’on ait toujours été d’avis que “les arcs de bougies ne sont que quelque chose pour les grands-mères”, on en a vu un à Wolkenstein, qu’il a dû soudain – sans mon aide – simplement emporter avec lui. Des “Schwibbis” si joliment filigranés et finement travaillés comme ceux de Tietze à Zwönitz que vous n’auriez jamais vus auparavant (aucune comparaison avec les Ratags !). Il se trouve donc que désormais un “double Schwibbogen” de 52 cm de long décore la fenêtre d’un salon à Dresde…

L’atelier de sculpture Ralf Brantz à Schönbrunn près de Wolkenstein mérite une recommandation, car nulle part ailleurs les arcs et les hommes fumants n’ont été aussi peu coûteux. Nous avons vu nos arcs jusqu’à 20 % plus chers ailleurs. De plus, on obtient une petite réduction de quantité sur demande. J’ai donc dû “emporter” d’autres petites choses (cadeaux) aussi…